Tag Archives: personnification

« le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien »

Emmanuel Macron, Etel, 2 juin 2017   Emmanuel Macron n’a pas eu besoin de migrer pour commettre une énième bourde à propos de l’outre-mer. En visite au Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique d’Etel dans le Morbihan, il a cru bon d’illustrer sa connaissance des différentes embarcations par …

Read More »

« La République en marche »

(conférence de presse, 8 mai 2017) Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de notre pays, En marche !  est rebaptisé La République en marche. Cette mue tend à favoriser le rassemblement d’un large front républicain en dépersonnalisant un mouvement jusqu’alors largement identifié à son fondateur, qui lui avait …

Read More »

« faire entendre le camp des travailleurs »

Nathalie Arthaud, Le Grand débat, BFMTV, 4 avril 2017 Si les slogans des présidentiables gomment ordinairement les marques personnelles (En Marche !, qui reprend les initiales d’Emmanuel Macron, constitue un hapax, c’est-à-dire un cas isolé), celui de Lutte Ouvrière en fait un impératif idéologique, Nathalie Arthaud se présentant comme simple …

Read More »

« Fillon est le candidat de la raison »

(Jérôme Chartier, Le Figaro, 3 avril 2017) La construction « candidat de » + substantif est bien sûr de toutes les campagnes électorales, généralement pour faire référence au groupe dont le prétendant à l’élection se veut le porte-parole : « candidat des travailleurs », « candidat du peuple », ou, plus étrange, « candidate de la France du …

Read More »

« le hollandisme a montré son vrai visage »

(François Fillon au Trocadéro, 5 mars 2017) Fillon ne nomme pas directement le président de la République en exercice : l’ayant désigné par une périphrase qui le diminue en rappelant ses anciennes fonctions de « premier secrétaire du parti socialiste », comme si F. Hollande n’avait jamais eu la stature d’un homme d’État, …

Read More »

« Faire battre le coeur de la France »

(Benoît Hamon, slogan sur l’affiche des primaires de la gauche) Benoît Hamon choisit la personnification pour décrire la France comme une femme amoureuse ou impatiente de l’avenir, touchée au plus profond de son coeur et quoi qu’il en soit vivante. Une référence discrète au « monopole du coeur » que Valéry Giscard D’Estaing contesta à François Mitterrand …

Read More »