Enragez-vous

Prenez le verbe enrager, faites-le passer du statut de verbe intransitif à celui de verbe transitif et donnez ainsi naissance à un néologisme sémantique : au lieu de signifier « être très en colère », par le biais d’une métaphore renvoyant au symptôme le plus mordant de la maladie vaincue par Pasteur, enrager prend alors pour sens « mettre très en colère ». Pronominalisez le verbe ainsi transformé et vous pourrez, si vous l’utilisez dans un sens réfléchi, vous enrager. Vous le conjuguez au mode impératif, au présent et à la deuxième personne du pluriel, vous ajoutez un point d’exclamation final, et vous obtenez un slogan archétypique, porteur d’une injonction simple et claire adressée à quiconque le lira ou l’entendra. Dans le contexte soixante-huitard où les révoltés furent dénoncés comme enragés, atteints d’un mal contracté sous les pavés, un tel slogan était constitutif d’un retournement de stigmate, le statut d’enragé étant alors revendiqué, assumé et conseillé à tout un chacun. Compte tenu de sa riche assonance avec un vieux slogan militaire (Engagez-vous ! Rengagez-vous !) dont il était manifestement une reprise parodique, il sonnait comme un appel à continuer le combat.