« Fillon est le candidat de la raison »

(Jérôme Chartier, Le Figaro, 3 avril 2017)
La construction « candidat de » + substantif est bien sûr de toutes les campagnes électorales, généralement pour faire référence au groupe dont le prétendant à l’élection se veut le porte-parole : « candidat des travailleurs », « candidat du peuple », ou, plus étrange, « candidate de la France du peuple ». Parfois, le complément du nom est plus abstrait, comme ici dans la bouche de Jérôme Chartier. S’agit-il d’une allégorie, laissant entendre que la Raison, à la faveur d’une personnification, aurait choisi son camp ? Ou faut-il plutôt y voir une métonymie, qui désigne les électeurs raisonnables par le principe qui les guide ? Quoi qu’il en soit, le député LR semble s’être fait une raison : ce n’est pas son coeur qui lui dictera son vote !
Crédits photo : Jean-Christophe Marmara/JC Marmara/Le Figaro