« le seul adoubement, c’est celui du peuple français »

(Emmanuel Macron, Berlin, 16 mars 2017)

A l’issue de sa rencontre avec Angela Merkel, Emmanuel Macron joue la carte de la modestie : conscient que son entretien avec la chancelière allemande renforce son statut de présidentiable, il s’en remet désormais au choix des électeurs français. La métaphore de l’adoubement, empruntée à la société féodale, devrait étonner en démocratie. Mais dans la monarchie républicaine forgée par la Constitution de 1958, elle ne fait que confirmer la personnalisation de l’élection présidentielle et accentuer les traits de l’autoportrait que le candidat d’En Marche ! construit de jour en jour : un chevalier qui, tel le messie, vient de recevoir les armes pour sauver son pays.

A propos Chloé Gaboriaux

Enseignante-chercheuse à Sciences Po Lyon et au laboratoire Triangle. Voir ma page personnelle sur le site du laboratoire Triangle.

Check Also

« Ce n’est pas un départ, c’est une scission »

  C’est ainsi que Le Monde daté du 13 octobre 2018 intitule l’interview donné par Emmanuel …