« des Carvounas, des Valls, des El Khomri, des Marisol Touraine »

(Jean-Luc Mélenchon, confé­rence de presse, 13 février 2017)

Jean-Luc Mélenchon, qui avait invité les électeurs à diminuer leur consommation de viande, n’est pas prêt à « avaler des Carvounas, des Valls, des El Khomri, des Marisol Touraine et tous ces gens ». Non content d’énumérer ses adversaires, il en fait des types. Utilisée avec un article indéfini pluriel, l’antonomase accentue l’effet répulsif, en grossissant la masse des socialistes avec lesquels le locuteur refuse de se compromettre. Cette typification ne prive pas de leur personnalité  Carvounas, Valls, El Khomri et Marisol Touraine (le prénom la distingue ici de son père) : devant des patronymes qui n’ont pas acquis la notoriété de ceux d’Hercule ou de Tartuffe ‒ passés, eux, dans la langue (« des hercules », « des tartuffes ») ‒,  le déterminant pluriel tient lieu de simple facteur commun. Loin de grandir les intéressés, l’antonomase les discrédite donc, comme le confirment l’hyperbate dépréciative et la réification.