« C’est de la communication sincère »

(Cédric Villani, Europe1.fr, 1er juin 2017)

Interrogé sur son image médiatique, le candidat LRM aux législatives invoque la sincérité, ce qui laisse perplexe la journaliste : « c’est un bel oxymore » commente-t-elle. Dans son sens publicitaire et politique, la « communication » renvoie en effet aux efforts investis dans la construction d’une image, qu’il s’agit de présenter au public pour mieux le convaincre. Elle apparaît ainsi comme l’antithèse de la sincérité, qui implique au contraire naturel (et non effort), authenticité (et non construction), immédiateté de l’être (et non médiatisation de l’image et du paraître). Rapprocher les deux termes semble donc bien constituer un oxymore. Cédric Villani conteste pourtant avoir eu recours à cette figure de style en redéfinissant le sens de communication : le fait de « transmettre des messages » à ses destinataires, quitte, ajoute-t-il à « bousculer un peu les gens dans leurs préjugés ». La sincérité du propos viendrait-elle du refus de plaire ? Comme le « parler vrai », ce dernier est cependant aussi une posture savamment construite, tant il est vrai que la meilleure communication est celle qui se fait oublier. A cet égard, le mathématicien ne prend-t-il pas quelques risques à commenter lui-même son image médiatique ?

Crédits photo : Joël Saget / AFP