Congelé par L’Express

L’Express, 13 novembre 2019

Emprisonné dans un glaçon, Macron croise les bras en une de L’Express, et une seconde fois à l’intérieur du magazine pour illustrer le dossier « Macron paralysé ». Les deux images sont légèrement différentes : sur la première, le titre « Macron paralysé », en surimpression, lui assure un ancrage. Mais pas à l’intérieur, où il ne fait que jouxter sur la page de droite l’image qui est vue d’abord. La métaphore déploie donc tout son potentiel sémantique (il n’y a pas vraiment polysémie dans la mesure où il n’y a aucune permanence des associations discursives). Dans la langue on trouve « pris dans les glaces », ce qui dit en effet l’impuissance (la « paralysie »), mais pas « pris dans un glaçon ». Ce qui, en image, ajoute au constat d’impuissance un sarcasme : Macron est à la merci de tous, consommable à l’apéritif ou simplement pour rafraîchir un verre. Le voici, lui qui sacrifierait volontiers l’agréable à l’utile, en l’occurrence le plaisir optionnel aux réformes nécessaires, vaincu par la futile douceur de vivre. Et le principal est encore ailleurs : en congelant, on soustrait à la fois à l’évolution et à la corruption. Les glaces conservent la préhistoire et délivrent des mammouths intacts. Le nouveau monde et son chantre sont-ils donc devenus, comme eux, des vestiges du passé ?