Hugues Constantin de Chanay

Hugues Constantin de Chanay est professeur au département de Sciences du Langage de l'Université Lumière Lyon 2. Il travaille en sémantique et en analyse du discours, en intégrant aux discours les aspects non verbaux (images, intonations, gestes). Ses recherches portent tout particulièrement sur le discours politiques, notamment sur les débats d'entre-deux-tours des présidentielles françaises. Voir sa page personnelle sur le site du laboratoire ICAR.

« Un protocole de la bavure »

(Yann Moix, Libération, 22 janvier 2018) La lettre ouverte de Yann Moix à Emmanuel Macron publiée par Libération le lundi 22 janvier est une provocation plus qu’une dénonciation : sa rhétorique est d’abord épidictique (elle vise à fédérer les uns et à exclure les autres en brandissant des valeurs communes bafouées) …

Read More »

« Une cuillerée de sociétal, une barrique de libéralisme »

(Hubert Huertas, Mediapart, 1er janvier 2018) « Une cuillerée de sociétal, une barrique de libéralisme » : tel est, selon Hubert Huertas, le dosage utilisé par Emmanuel Macron dans le programme qui l’a fait élire, grâce auquel « il est devenu le refuge de la droite modérée, de l’aile droite du PS, […] des …

Read More »

« J’assume »

(Frédéric Says, France Culture, 21 décembre 2017) Jeudi 21 décembre 2017, Frédéric Says consacre le billet politique qu’il tient quotidiennement sur France Culture à l’expression par laquelle Édouard Philippe a justifié la veille un vol privé Paris-Tokyo au prix exorbitant : « j’assume ». Que la construction soit transitive en contexte ‒ « j’assume …

Read More »

« Emmanuel Macron est un ‘social killer' »

(Alexis Corbière, Libération du 25 août 2017, p. 10) « Cet homme, malgré ses sourires permanents, est un « social killer » à la communication très verrouillée » : opposant traditionnellement apparence et essence, Alexis Corbière renvoie Emmanuel Macron à sa prétendue nature, celle du « social killer ». Mais cette nature est multiple : sous l’expression néologique, …

Read More »

« Le dessein macronien, c’est la République en marche… arrière ! »

(Alexis Corbière interviewé dans Libération, 25 août 2017, p. 10) Dénonçant dans Libération une casse sociale opérée par le nouveau gouvernement, notamment par la réforme en cours du code du travail, qui ruinerait le lent et patient effort ayant conduit les travailleurs à l’obtention de leurs droits actuels, Alexis Corbière …

Read More »

« Vers une canicule meurtrière ? Du coup, Macron a bien fait de mettre des jeunes à l’Assemblée »

(Dessin humoristique paru dans le Journal de Saône-et-Loire, mercredi 21 juin 2017, p. 11) L’humour de ce dessin repose sur l’inattendu. Et ce qui est inattendu ici, ce n’est pas qu’on approuve Macron d’avoir rajeuni l’assemblée, mais qu’on le fasse en raison de la canicule : en cette circonstance, des députés …

Read More »

« Les élections nous cassent les urnes »

(Tag lisible à l’entrée du campus Porte des Alpes de l’Université Lyon 2) Tagué avant le premier tour de la présidentielle, et toujours présent après le deuxième tour des législatives, ce slogan change partiellement de sens en fonction de l’actualité électorale française – qui s’y prête. Il est adapté aux …

Read More »

« … l’état de marcheur dans le désert (je ne fais pas de publicité politique) »

(France Culture, 18 juin 2017, service protestant) Lors du service protestant de ce dimanche d’élections, l’officiant effectue un distinguo : en précisant quel est le sens à éviter de comprendre sous l’expression que l’on vient d’employer, on cherche à éviter les malentendus. Le présupposé du distinguo est que les destinataires du …

Read More »

« La majorité présidentielle […] est aussi écrasante que la chaleur »

Pascal Jalabert, Journal de Saône-et-Loire, 16 juin 2017, p. 26 « La majorité présidentielle annoncée dimanche soir est aussi écrasante que la chaleur de ce mois de juin ». La phrase prête à sourire – les figures peuvent être plus ou moins opportunes. Car la métaphore contenue dans l’adjectif « écrasante » se double d’une comparaison : « aussi… …

Read More »

« on parle déjà de majorité obèse »

(journal de France Culture, 13 mai 2017, 8 heures) Cette métaphore, lancée par des représentants politiques de gauche comme de droite, se répand dans des discours anonymes. Elle est ouvertement dénonciatrice, et s’inscrit dans un réseau d’images (les idéologies s’alimentent, s’abreuvent, les victoires sont maigres, les partis sont rachitiques, les …

Read More »