Hugues Constantin de Chanay

Hugues Constantin de Chanay est professeur au département de Sciences du Langage de l'Université Lumière Lyon 2. Il travaille en sémantique et en analyse du discours, en intégrant aux discours les aspects non verbaux (images, intonations, gestes). Ses recherches portent tout particulièrement sur le discours politiques, notamment sur les débats d'entre-deux-tours des présidentielles françaises. Voir sa page personnelle sur le site du laboratoire ICAR.

Exagérer, c’est commencer d’inventer

Ce slogan ne se contente pas de porter les revendications d’un seul parti ; il campe aussi la position de ceux qu’il conteste. En d’autres termes, l’énoncé est un condensé dialogique adapté à sa situation de profération. Ceux-là seraient prêts à dire que la jeunesse « exagère ».  Erreur ! leur dit cette …

Read More »

Salaires légers, chars lourds

Plus célèbre que le slogan qu’elle illustre, cette affiche en est presque indissociable. La parataxe (juxtaposition de deux propositions sans mot de liaison, par une simple virgule) est signalée à l’œil par les contours d’un char dont le canon est pointé vers la gauche (est-ce une allusion politique ?). L’image rompt aussi …

Read More »

Sous les pavés, la plage

  Ce slogan – l’un des plus représentatifs de mai 68 –, en véhicule la représentation idéale, énonçant son but et sa méthode.  Il incarne la richesse et l’harmonie des effets de la liberté, tant sont nombreuses ses interprétations, toutes convergentes (quelle que soit la plage, quels que soient les pavés, découvrons la plage …

Read More »

Je suis marxiste tendance Groucho

Que rêve un slogan sinon d’être « performatif », c’est-à-dire de réaliser immédiatement ce qu’il énonce ? Dans l’ordinaire des discours, les paroles ne se réalisent pas seules et ne se substituent pas aux actes : telle est leur impuissance. Mais elle a pour contrepartie une liberté : elles ne sont pas liées à la …

Read More »

« Un protocole de la bavure »

(Yann Moix, Libération, 22 janvier 2018) La lettre ouverte de Yann Moix à Emmanuel Macron publiée par Libération le lundi 22 janvier est une provocation plus qu’une dénonciation : sa rhétorique est d’abord épidictique (elle vise à fédérer les uns et à exclure les autres en brandissant des valeurs communes bafouées) …

Read More »

« Une cuillerée de sociétal, une barrique de libéralisme »

(Hubert Huertas, Mediapart, 1er janvier 2018) « Une cuillerée de sociétal, une barrique de libéralisme » : tel est, selon Hubert Huertas, le dosage utilisé par Emmanuel Macron dans le programme qui l’a fait élire, grâce auquel « il est devenu le refuge de la droite modérée, de l’aile droite du PS, […] des …

Read More »

« J’assume »

(Frédéric Says, France Culture, 21 décembre 2017) Jeudi 21 décembre 2017, Frédéric Says consacre le billet politique qu’il tient quotidiennement sur France Culture à l’expression par laquelle Édouard Philippe a justifié la veille un vol privé Paris-Tokyo au prix exorbitant : « j’assume ». Que la construction soit transitive en contexte ‒ « j’assume …

Read More »

« Emmanuel Macron est un ‘social killer' »

(Alexis Corbière, Libération du 25 août 2017, p. 10) « Cet homme, malgré ses sourires permanents, est un « social killer » à la communication très verrouillée » : opposant traditionnellement apparence et essence, Alexis Corbière renvoie Emmanuel Macron à sa prétendue nature, celle du « social killer ». Mais cette nature est multiple : sous l’expression néologique, …

Read More »

« Le dessein macronien, c’est la République en marche… arrière ! »

(Alexis Corbière interviewé dans Libération, 25 août 2017, p. 10) Dénonçant dans Libération une casse sociale opérée par le nouveau gouvernement, notamment par la réforme en cours du code du travail, qui ruinerait le lent et patient effort ayant conduit les travailleurs à l’obtention de leurs droits actuels, Alexis Corbière …

Read More »

« Vers une canicule meurtrière ? Du coup, Macron a bien fait de mettre des jeunes à l’Assemblée »

(Dessin humoristique paru dans le Journal de Saône-et-Loire, mercredi 21 juin 2017, p. 11) L’humour de ce dessin repose sur l’inattendu. Et ce qui est inattendu ici, ce n’est pas qu’on approuve Macron d’avoir rajeuni l’assemblée, mais qu’on le fasse en raison de la canicule : en cette circonstance, des députés …

Read More »