Monthly Archives: mai 2018

Métro, boulot, dodo

Ce slogan encore vivace est tiré d’un poème de Couleurs d’usine (1951) adapté en mai 68 par Pierre Béarn : Au déboulé garçon pointe ton numéro Pour gagner ainsi le salaire D’un morne jour utilitaire Métro, boulot, bistro, mégots, dodo, zéro Dans l’original comme dans le slogan, même les oreilles non …

Read More »

Sois jeune et tais-toi

Ce slogan évoque par dialogisme l’expression « Sois belle et tais-toi » qui reprend le titre d’un film de Marc Allégret (1958). C’est l’histoire d’un beau corps féminin certes, mais aussi d’une belle âme aidante et véridique dont la police ne découvre les qualités que sur le tard.  À dix ans de distance, …

Read More »

Vous avez voté : vivotez

Si l’on s’en tient à l’arbitraire du signe, vivoter et voter ne se ressemblent pas plus que les vaches et les cravaches. Mais pour le cratylisme, les mots ressemblent aux choses qu’ils désignent : si les mots sont semblables, alors les choses le sont. La proximité des sonorités entre « voter » et …

Read More »

Ne travaillez jamais !

L’injonction, à laquelle l’adverbe « jamais » donne un caractère définitif, est empruntée au situationniste Guy Debord, qui, dès 1953, l’inscrit à la craie sur un mur de la rue de Seine. Elle est reprise en mai 1968 par les Enragés, qui, fidèles à l’héritage marxiste, défendent à leur tour l’abolition du …

Read More »

Réformes chloroforme

Pour garder les militants en alerte, rien de tel qu’un slogan cadencé : « Réformes chloroforme », avec sa rime riche et son rythme entraînant (réduit à 2, puis 3 syllabes lorsqu’il est scandé), en fait partie. Les deux noms apposés sont placés dans une relation d’équivalence ; l’illustration n’explicite pas seulement le lien …

Read More »

Exagérer, c’est commencer d’inventer

Ce slogan ne se contente pas de porter les revendications d’un seul parti ; il campe aussi la position de ceux qu’il conteste. En d’autres termes, l’énoncé est un condensé dialogique adapté à sa situation de profération. Ceux-là seraient prêts à dire que la jeunesse « exagère ».  Erreur ! leur dit cette …

Read More »

La bourgeoisie n’a pas d’autre plaisir que de les dégrader tous

Cet aphorisme s’inscrit dans la longue lignée des slogans et graffitis qui condamnent la classe bourgeoise. Cette dernière n’y est pas caractérisée par sa position dans les rapports de production et de domination, mais par un trait plus culturel : son attitude à l’égard du plaisir. Ces quelques mots font donc …

Read More »

Il y a, en France, 38 000 communes… nous en sommes à la seconde

Alors qu’en Mai 68, beaucoup d’autres slogans prennent la forme d’une injonction, celui-ci est formulé comme une évidence. Le premier segment, descriptif, a la solennité quelque peu sentencieuse des énoncés qu’on apprend à l’école : de fait, l’Hexagone compte alors près de 40 000 circonscriptions administratives ou « communes ». Mais le coup de …

Read More »

Salaires légers, chars lourds

Plus célèbre que le slogan qu’elle illustre, cette affiche en est presque indissociable. La parataxe (juxtaposition de deux propositions sans mot de liaison, par une simple virgule) est signalée à l’œil par les contours d’un char dont le canon est pointé vers la gauche (est-ce une allusion politique ?). L’image rompt aussi …

Read More »

Il est douloureux de subir les chefs, il est encore plus bête de les choisir

Ce slogan inscrit rue Saint Jacques et dans l’amphi de musique à Nanterre est construit sur une anaphore rhétorique (il est ADJECTIF de VERBE + COMPLÉMENT) en gradation (encore plus). Il présuppose d’accepter comme vraisemblable un monde ontologiquement séparé en « chefs » et « non-chefs ». Dans cette figure de répétition lexicale, le substantif chef fait office de pivot sémantique entre deux …

Read More »