Monthly Archives: mai 2017

« L’Europe est de retour »

(Benjamin Griveaux, France 2, 29 mai 2017) Le porte-parole des Républicains En Marche ne parle pas de tectonique des plaques – notre continent est toujours à la même place. Mais la métaphore du tremblement de terre n’est pas loin, l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron représentant un événement d’une force et d’une …

Read More »

« Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu »

(François Baroin, Le Parisien, 28 mai 2017) « Décomplexée » lorsqu’elle tanguait vers ses extrêmes, la droite se recentrerait-elle ? Sans nier ses divergences avec le programme d’Emmanuel Macron, François Baroin n’exclut pas  d’intégrer le gouvernement si le résultat des prochaines élections y est favorable : « Nous ne sommes pas une droite scrogneugneu », …

Read More »

« La rose n’est pas fanée, elle a juste besoin d’eau »

(Catherine N’Diaye, Le Journal de Saône-et-Loire, 25 mai 2017, p. 10) Le Parti Socialiste n’est pas mort : parole de Catherine N’Diaye, candidate investie par ce parti pour les législatives 2017 dans la 1re circonscription de Saône-et-Loire. On décode aisément la métonymie : la rose est l’emblème du Parti socialiste, c’est donc du …

Read More »

« En Arrière ! »

Affiche « Pour une écologie radicale et citoyenne », mai 2017 Alors que Les Républicains En Marche pour les législatives se réclament d’un progressisme libéral et conquérant, Régis Rollès et Fanny Scopel ‒ candidat et suppléante à cette même élection dans la 6e circonscription de Paris ‒ se présentent sous …

Read More »

« Avoir un parlement à sa botte, ce n’est pas la démocratie »

  (Martine Aubry, Communiqué de presse, 24 mai 2017) Inquiète des multiples ralliements à LRM pour les législatives, Martine Aubry met en garde contre un parlement qui serait « à la botte » d’Emmanuel Macron. L’expression, bien connue, se comprend aisément : elle désigne le contrôle absolu que le président fraîchement élu …

Read More »

« je préférerai toujours mon pays à mon parti »

(Thierry Solère, Europe 1, 25 mai 2017) À quelle échelle mesurer la fidélité ? La question ne cesse de se poser depuis que, dans l’entre-deux-tours de la présidentielle, Manuel Valls a déclaré avoir choisi, en soutenant Emmanuel Macron, « [s]on pays plutôt que son parti ». Une formule devenue un véritable mot d’ordre, …

Read More »

« La finance me traque »

(Jean-Luc Mélenchon, Communiqué du 24 mai 2017) Appelé à répondre devant la justice d’une plainte en diffamation, Jean-Luc Mélenchon riposte par un constat sans appel, qui opère au moyen d’une métonymie : «La finance me traque ». La banque est ici désignée par son activité principale, la finance. L’abstraction de ce dernier terme …

Read More »

« Je ne suis pas En Marche, mais je veux que ça marche »

(Thierry Solère, France Inter, 23 mai 2017) L’ancien organisateur de la « primaire de la droite et du centre » joue doublement sur la forme lexicale marche – nom et verbe. Sa phrase peut être entendue comme une antithèse : il n’est pas en marche, donc il n’avance pas, mais il veut que …

Read More »

« La ‘main tendue’ de Macron : la droite se prend une gifle et serre les poings »

(Libération, 17 mars 2017, p. 14) Le surlendemain de son élection comme président de la République française, Emmanuel Macron choisit son premier ministre dans le camp de ses adversaires politiques. Certes le discours macronien s’est présenté comme fédérateur, au-dessus de l’opposition traditionnelle entre droite et gauche. Cependant il est identifié comme …

Read More »

« Les Français ont envie de donner une majorité à En Marche ! »

(Aurore Bergé, France 24 et RFI, 16 mai 2017) La prosopopée est peut-être la figure de style la plus répandue dans le discours de et sur la politique. Politiciens de tous bords (issus et de la droite, et de la gauche, ou de l’ainsi dénommée ‘société civile’) et commentateurs de …

Read More »